1. Visites guidées pour comprendre l’influence de la France à Séville

Les Français ont laissé une trace tellement marquée sur la ville que c’est impossible de la décrire et de la reconnaître sans rapporter ses principaux monuments à notre pays voisin.

Les visites d’illustres personnalités françaises telles que Dumas, Doré, Matisse ou Delacroix, et des œuvres célèbres comme le «Barbier de Séville» ou «Carmen» ont contribué à enrichir de manière significative le patrimoine culturel et artistique de Séville.

La participation des Français venus à Séville après le romantisme ou avec des idées des Lumières a été fondamentale, mais l’implication d’architectes et d’ingénieurs dans des œuvres remarquables d’un énorme intérêt touristique, comme la cathédrale ou le parc María Luisa, était aussi très remarquable.

Les jardins María Luisa ont été ouverts au public en 1914

1.1 Principaux monuments et événements liés aux Français

Ci-dessous, nous présentons quelques-uns des exemples les plus décisifs, ainsi que certains détails ou événements historiques liés aux Français qui ont marqué l’avenir de la capitale andalouse.

  • Cathédrale Santa María de la Sede: l’église de Séville a été construite sous la tutelle d’architectes et de tailleurs de pierre venus de l’extérieur de l’Espagne, dont un Français de Normandie.
  • Rues et places: la guerre d’indépendance a été la clé de la réorganisation urbaine de la ville, une image que l’on peut apprécier aujourd’hui.
  • Pont de Triana: il s’agit d’une réplique d’un célèbre pont qui existait à Paris, et qui a été la source d’inspiration de nombreux peintres expressionnistes.
  • ‘Le Lustre Royal’: le transfert de la capitale de Madrid à Séville a entraîné un grand nombre d’interventions urbaines. Cette décision a été prise par le premier Bourbon qui a régné en Espagne.
  • San Telmo: le palais était la résidence de la deuxième famille la plus importante du pays au milieu du XIXe siècle. Antoine d’Orleans en faisait partie.
  • Parc de María Luisa: un prestigieux architecte de jardin a été responsable de sa rénovation et de sa réorganisation au début du XXe siècle. Il était Français.
  • Bougainvillier: l’une des plus belles plantes de Séville porte le nom d’un explorateur bien connu, le premier Français à faire le tour du monde.
  • Opéras: deux titres de renommée mondiale, le «Barbier de Séville» et «Carmen» ont la ville comme cadre principal de leur intrigue. Ils sont basés sur des œuvres d’auteurs français.
  • Peinture: de grands maîtres gaulois du pinceau et de la gravure, comme Delacroix ou Doré, ont trouvé au XIXe siècle une ville pleine de lumière et de couleurs à capturer sur leurs toiles.
  • Littérature: Les écrivains romantiques de divers pays européens comme la France sont tombés amoureux de la tradition, de l’histoire et des légendes de Séville, où ils ont développé leurs romans et pièces de théâtre.

2. Visites guidées à pied et à vélo de Séville avec l’héritage de la France en toile de fond

Vous souhaitez connaître les principaux lieux d’intérêt de Séville liés à la francophonie? Voulez-vous découvrir où Matisse a habité à Séville ou ce que Delacroix a peint lors de son séjour dans la ville? Vous souhaitez visiter Séville à la suite du passé français et de ses principales interventions dans la ville? Contactez Macarena Tours et découvrez Séville avec des visites thématiques dans lesquelles les interventions des Français deviennent le fil conducteur de l’Histoire.

Les nombreuses enclaves de Séville liées au passé français permettent de tracer des itinéraires intéressants à travers la capitale. Les possibilités sont multiples, des itinéraires centrés sur un aspect éminemment historique, aux itinéraires avec une perspective plus humaniste et littéraire.

L’écrivain gaulois Alexandre Dumas a visité Séville au milieu du XIXe siècle. © Photo RMN-Grand Palais – Droits réservés.

L’héritage français à Séville peut également être limité par des périodes ou des thèmes spécifiques, tels que les Lumières ou la guerre d’indépendance. Même un circuit à vélo à travers certains espaces verts permet de relier l’histoire et la botanique les plus françaises de la ville.

Macarena Tours propose différents itinéraires qui vous permettront de comprendre de manière globale le patrimoine que les Français ont laissé dans la ville. Nous vous montrons un guide avec les lieux et monuments les plus remarquables qui relient directement ou indirectement le patrimoine sévillan à la France et qui font partie de nos circuits.

2.1 Cathédrale Santa Maria de la Sede

L’un des premiers à participer à la construction du temple, qui venait d’être planifié au début du XVe siècle, fut Charles Carlin, de Normandie. Lui et d’autres compatriotes, comme le sculpteur Lorenzo Mercadante de Bretagne, ont posé les fondations et créé une école pour construire le plus grand temple de la chrétienté à cette époque.

Les interventions et les directives de Carlin ont été vitales pour la configuration de la cathédrale, qui a été aménagée sur les fondations de l’ancienne mosquée principale de la période almohade. De son côté, Mercadante devient responsable des sculptures qui ornent les plus anciennes entrées de la cathédrale, situées sur la façade ouest. Ce sont les portes de Saint Michel et de La Naissance, qui donnent sur l’Avenue de la Constitution.

2.2 Tissu urbain

A quelques mètres de là se trouve l’une des rues les plus fréquentées du centre historique de la ville. La rue Francos, toujours pleine d’établissements hôteliers et de restauration, ainsi que d’entreprises traditionnelles. Le nom de la rue vient de l’importante communauté francophone qui vivait à Séville au XVIe siècle, pendant le Siècle d’or espagnol.

Les Allemands, les Génois, les Placentins (de Plaisance), les Portugais, les Français et de nombreux autres peuples ont décidé que Séville était trop tentante pour ne pas essayer de s’y forger un avenir. Les rues Alemanes, Genova (aujourd’hui la Constitution), Placentines ou Francos sont un souvenir vivant de cette époque.

Napoléon
De nombreuses rues et places qui existent actuellement dans la ville sont dues aux interventions que l’armée française a menées après l’invasion napoléonienne. Les troupes ont pris la ville pendant la guerre d’indépendance, y séjournant entre février 1810 et août 1812. Au cours de ces deux ans et demi, les Français commandés par le maréchal Soult ont transformé la ville.

La démolition de plusieurs temples, couvents et institutions, soit en raison de leur état de conservation, soit en raison de décisions prises par le haut commandement, a fait place à de grands espaces ouverts dédiés aux marchés, places ou lieux de loisirs. Avons-nous actuellement l’un de ces endroits? Qu’y avait-il à l’époque?

L’un des palais les plus connus de Séville, Las Dueñas, a été visité à plusieurs reprises par Eugenia de Montijo, épouse d’un autre empereur de premier plan, Napoléon III. La grenadine, devenue ainsi impératrice des Français, était l’arrière-tante-arrière-grand-mère de Cayetana Fitz-James Stuart, la duchesse d’Alba.

2.3 Pont de Triana

Si nous montons à la rivière et faisons une promenade à côté de la Tour d’Or, nous verrons qu’il y a un pont qui, en raison de ses caractéristiques, attire notre attention. C’est le pont de Triana, ou pont Isabel II, tel qu’il a été construit sous son règne. C’est le plus vieux pont de Séville, qui relie le quartier de Triana au centre de la ville. Il a été créé au milieu du 19ème siècle, mais pour sa construction l’inspiration a été trouvée dans un pont qui traversait la Seine à Paris: le pont du Carrousel.

Détail de la toile peinte par Van Gogh du pont du Carrousel parisien, identique à celui de Triana.

2.4. Capitale

Real Alcázar
Le premier souverain français à diriger le pays était Philippe V, duc d’Anjou. Pendant plus de quatre ans, entre le 3 février 1729 et le 16 mai 1733, le petit-fils bourbon de Louis XIV, le Roi Soleil, établit sa résidence à l’Alcazar de Séville. La raison n’était autre que d’essayer d’atténuer sa profonde mélancolie due à la grave dépression qu’il traversait. Il est possible qu’un nouvel environnement plus chaleureux loin de La Granja, où il vécut, ait favorisé la récupération du monarque, bien que le choix final pour Séville ne soit pas clair.

Le roi dormait pendant la journée et parcourait les jardins du palais la nuit, ce qui fit bouger la cour. Il semble que la seule chose qui lui ait fait échapper à sa nostalgie et à son chagrin étaient les concerts de Carlo Broschi, un chanteur de Castrato mieux connu sous le nom de Farinelli.

Le roi Philippe V a passé des nuits blanches à l’Alcazar de Séville, où il a vécu près de cinq ans.

La visite de l’un des plus beaux palais est également liée d’une certaine manière à la couronne française. Le palais mudéjar fut construit par le roi Pierre Ier, marié à Blanca de Bourbon, d’origine française. Mais vraiment, de qui est-il tombé follement amoureux? Achetez votre billet pour le Real Alcázar pour en savoir plus sur le palais mudéjar et l’histoire de ce souverain avec un guide officiel.

Les Arènes
Au cours du «Lustre Royal» (1729-1733), la ville change de configuration, principalement en raison de la construction de nouveaux bâtiments qui permettent d’accueillir la vaste cour qui accompagne Philippe V. Mais d’importantes institutions et lieux de festivités sont également créés. Parmi ceux qui se détachent une petite place en bois dans le quartier de l’Arenal, qui, quelques années plus tard, en 1737, conduira à la construction d’une place permanente, la Real Maestranza de Caballería (Corps Royal d’Équitation).

Ainsi, on pourrait dire qu’à l’origine des arènes les plus célèbres du monde, la permission royale d’un Bourbon était décisive; bref, d’un Français. Achetez votre billet via sa page officielle.

Fabriques Royales
Au milieu du XVIIIe siècle, différentes initiatives ont été menées pour revitaliser l’économie du pays. C’est avec Philippe V mais aussi avec son fils Fernando VI avec qui démarrent des projets d’installations industrielles pour la production de produits de luxe et autres articles. Ces manufactures royales s’inspirent du modèle français développé à l’époque de Louis XIV par son ministre des Finances Jean-Baptiste Colbert.

Diverses institutions ont été fondées à Séville, telles que la Fabrique Royale de Salpêtre, la Fonderie Royale d’Artillerie, l’Armurerie Royale de l’Alcazar et la Fabrique Royale de Tabac, qui contrôlait le monopole de cette usine à partir d’un seul centre logistique établi à la périphérie de la ville, où se trouve aujourd’hui le siège de l’Université de Séville.

La Fabrique Royale de Tabac a été construite sous le règne du deuxième Bourbon en Espagne, Fernando VI.

Saint Louis des Français
En revanche, l’exécution de certains travaux très représentatifs dans le passé et le présent de la ville a été achevée. L’église Saint Louis des Français, ancien noviciat jésuite, inaugurée en 1731, se distingue sans aucun doute.

2.5 Palais de San Telmo

Si nous descendons le Guadalquivir jusqu’au port, nous atteindrons l’un des plus beaux palais de Séville, le Palacio de San Telmo, actuellement siège de la présidence de la Junte d’Andalousie. Ce lieu est étroitement lié à la France dans les mêmes années où les travaux du pont de Triana ont été réalisés.

L’ancienne École des Mareantes (d’où le nom de l’édifice, en l’honneur du saint patron des marins) a été vendue aux ducs de Montpensier au milieu du XIXe siècle. Le plus jeune fils du dernier roi de France, Louis Philippe, avait épousé la sœur de la reine d’Espagne, Isabel II, María Luisa Fernanda. Deux ans après le lien, ils ont fui Paris en raison de la révolution de 1848 et se sont finalement réfugiés à Séville. Après avoir passé quelques mois à l’Alcazar, ils achètent le palais, où ils déménagent immédiatement.

Le palais de San Telmo était la maison des ducs de Montpensier. La belle façade est l’œuvre de Leonardo de Figueroa.

La communément appelée «Corte Chica» (la deuxième famille la plus importante après celle formée par la reine) gagnait peu à peu l’affection des Sévillans avec ses œuvres de mécénat et de charité. Après la mort de sa fille María de las Mercedes, ‘Merceditas’, à seulement 18 ans, María Luisa s’est livrée à la prière et a décidé de faire don du palais à l’archidiocèse et d’une grande partie de ses jardins à la mairie: la María Luisa jardins.

2.6 Parcs et jardins

Le parc María Luisa est probablement le plus beau et le plus agréable de la ville. Comme il a été dit, son nom vient du don que María Luisa Fernanda de Borbón, la sœur de la reine, fait à la ville pour remercier le peuple sévillan qui l’a tant aimée.

Avec le temps, les jardins étaient oubliés et dans un état de conservation déplorable. Cependant, l’aménagement du parc est devenu l’un des principaux objectifs de la première proposition faite en juin 1909 pour célébrer l’Exposition ibéro-américaine de Séville. Le concours sera retardé jusqu’en 1929 et parmi les nombreux pavillons créés, celui d’Espagne se démarque sans aucun doute, ce qui a donné naissance à l’actuelle Plaza de España.

La Plaza de España peut également être explorée lors d’une agréable promenade en bateau.

Le responsable de la réalisation du projet de récupération et de rénovation du parc était Jean-Claude Nicolas Forestier. L’architecte du jardin à la française a eu une expérience notoire après la célébration des expositions universelles de 1889 et 1900. Quelles ont été ses principales performances? Découvrez et promenez-vous dans ce magnifique parc lors de cette visite panoramique à vélo de Séville.

Expo ’92
L’Exposition universelle de 1992 a été un succès retentissant et a permis de placer la ville dans le monde. Par ailleurs, d’innombrables travaux publics et infrastructures ont été réalisés, avec des événements significatifs pour le pays comme l’arrivée de la première ligne de train à grande vitesse (le TGV, c’est à dire, l’AVE). Malheureusement, il reste très peu de pavillons de ce grand événement aujourd’hui. Mais, parmi les rares qui restent, vous pouvez voir l’ancien pavillon de la France.

Bougainvillier
Sans aucun doute, le bougainvillier est l’une des plantes les plus caractéristiques de Séville. Originaire d’Amérique du Sud, cette plante grimpante doit son nom à Louis Antoine de Bougainville, marin et explorateur français qui l’a amenée du Brésil en Europe.

C’est le naturaliste Philibert Commerçon qui lui donna ce nom en l’honneur de son ami, avec qui il fit la première circumnavigation française, entre 1766 et 1769. Comme curiosité de ce voyage, il faut dire que le comte parisien de Bougainville prit également la botaniste Jeanne Baret, considérée comme la première femme à faire le tour du monde. Bien que la jeune femme ait dû le faire déguisée en homme (‘Jean Baret’).

Bougainvilliers roses dans la cour du palais sévillan Casa Pilatos.

Ceux qui se promènent dans la ville en été s’émerveillent des couleurs intenses que donnent ses fleurs rouges, fuchsia, orange ou jaunes. La plante a besoin de beaucoup de lumière et dans le sud il est clair qu’ils la trouvent. Surtout avec l’arrivée du beau temps. Un beau régal pour les yeux avec une saveur française évidente.

3. Itinéraires littéraires et artistiques

3.1 «Carmen»

L’un des opéras les plus connus et les plus représentés au monde, ‘Carmen’, se déroule à Séville et est dû à un écrivain français. La pièce mise en musique de Bizet est basée sur un roman de Prosper Mérimée. L’artiste s’était inspiré de la fabrique royale de tabac sévillane pour localiser son ouvre dans laquelle le protagoniste était une cigarière appelée Carmen.

Aujourd’hui, la visite de l’ancienne usine est un incontournable pour les curieux qui viennent à Séville et veulent en savoir un peu plus sur ce que signifiait cette importante manufacture royale ainsi que sur cette œuvre de renommée mondiale.

3.2 «Le Barbier de Séville»

Mais l’apport musical français à Séville ne s’arrête pas là. Une autre composition tout aussi célèbre se déroule ici grâce à un parisien, Beaumarchais. L’auteur de «Le Barbier de Séville» n’a jamais visité la capitale andalouse, bien qu’il s’y soit concentré pour développer l’intrigue de son histoire.

De nombreux passages d’œuvres telles que ‘Carmen’ ou ‘Le Barbier de Séville’ ont lieu dans le Quartier de Santa Cruz.

Le jeune Figaro, son ami le comte Almaviva et sa bien-aimée Rosina apparaissent généralement aujourd’hui dans le quartier bucolique et pittoresque de Santa Cruz, où l’on raconte que l’histoire se déroule. Participez à cet itinéraire pour connaître les lieux qui pourraient inspirer l’auteur français.

3.3 Gustave Doré

Le graveur français Gustave Doré s’est rendu en Espagne avec son partenaire et ami Charles Davillier. Sur les traces d’artistes tels que Washington Irving ou Lord Byron, l’Alsacien et le baron normand ont fait une longue tournée du pays entre 1862 et 1873, ce qui leur donnerait suffisamment de temps pour se familiariser avec la culture hispanique.

Le dessinateur et l’écrivain se sont tous deux intéressés par les traditions les plus établis lors de leur visite à Séville, comme la tauromachie et la Semaine Sainte, et ils ont énormément contribué à la diffusion de l’image romantique de l’Andalousie qui a commencé des années auparavant. Approchez-vous de ce personnage aux multiples facettes et découvrez ce qui l’a amené dans la ville et quelles sont ses œuvres les plus reconnues. Savez-vous d’où il a jeté un coup d’œil dans les processions?

Le flamenco, la tauromachie et la Semaine Sainte ont beaucoup attiré l’attention des artistes européens.

3.4 Alexandre Dumas

L’écrivain est venu en Espagne en 1846 pour couvrir le mariage de la sœur cadette de la reine Isabel II, l’Infante María Luisa Fernanda, avec Antonio de Orleáns, duc de Montpensier et fils du roi de France Louis Philippe. Après le mariage à Madrid, Alexandre Dumas atteindrait l’Andalousie par le défilé de Despeñaperros et le traverserait pour rejoindre l’Afrique du Nord.

Dumas comprend que le cigare et la cigarette à Séville sont «un objet de première nécessité». L’artiste a été surpris par l’énorme attachement des Sévillans au tabac. De plus, un trait particulier des femmes andalouses a fortement attiré son attention. Voulez-vous savoir quoi? Cependant, d’autres aspects du peuple espagnol ne lui plaisaient pas du tout. Réservez l’une de nos visites pour en savoir plus.

3.5 Delacroix

Eugène Delacroix a visité Séville lors d’un de ses voyages au Maghreb. Le peintre romantique par excellence en France était passionné par la culture hispanique, un mélange de civilisations et de religions matérialisées de manière vivante dans de riches palais et de magnifiques forteresses à travers le pays.

Comme tous les voyageurs romantiques de cette époque, tels que Lord Byron, Richard Ford ou Georges Sand, Delacroix avait une prédilection particulière pour l’exotisme, et le sud de l’Europe et l’Afrique du Nord leur fournissaient de belles et séduisantes images à photographier ou à s’inspirer. . En route pour le Maroc et l’Algérie en 1832, le peintre fera escale à Cadix, Algésiras et Séville, entre autres villes.

Le jeune Eugène Delacroix à peine vingt ans.

Souhaitez-vous savoir quels sont les dessins qu’il a réalisés à Séville et quels éléments l’ont le plus fasciné? Réservez votre place dans la visite littéraire et artistique de la Séville française et revivez le 19ème siècle dans la ville.

3.6 Matisse

L’un des principaux précurseurs du fauvisme, Henri Matisse, s’est rendu dans le sud de la péninsule au début du 20e siècle. Il est venu chercher la lumière. Et bien sûr, il l’a trouvé en Andalousie. Dans ses peintures, il reflète l’importante répercussion que cette expérience a eue pour l’artiste.

Matisse a réalisé un portrait conservé à Prague, à la Galerie Národni. Il s’agit de la gitane «Joaquina». Cette jeune femme, qui s’appelait en fait Dora, était une excellente danseuse de flamenco. Malgré le peu de temps qu’il a passé dans la ville, le peintre a été captivé par cette danse traditionnelle et, en général, par la fête espagnole.

Avec qui correspondait-il? Combien de tableaux a-t-il laissé dans la ville? A-t-il peint beaucoup plus d’œuvres? Pourquoi est-il parti précipitamment? Recevez toutes les informations sur un itinéraire pour connaître Séville d’un point de vue artistique très différent.

Macarena Tours

Llévate gratis una de nuestras acuarelas o plumillas hechas a mano con cada tour que hagas con nosotros .

Ouvrir chat
Avez-vous besoin d'aide?
Peut-être serons-nous en train de faire une visite guidée, mais nous vous répondrons dès que possible. N'oubliez pas que nos heures d'ouverture sont celles de Séville, Espagne.